Pourquoi Israel a attaqué le Liban ?

Pourquoi Israel a attaqué le Liban ?

L' assassinat de l'intellectuel Lokman Slim dans la nuit du 3 au 4 février faisait partie d'une longue liste de crimes attribués au Hezbollah, qui reste déterminé à liquider toute dissidence au sein de la communauté chiite.

A lire également : Est-ce que le Liban a été une colonie française ?

Manifestation hommage à Lokman Slim devant le Palais de justice de Beyrouth le 4 février (STR/AFP)

A lire aussi : Est-ce que le Liban a été une colonie française ?

Contrairement aux organisations djihadistes, le Hezbollah ne prétend pas les meurtres qui lui sont attribués. Toute acceptation de la responsabilité mettrait en péril les activités politiques du « Parti de Dieu » et sa participation au Parlement et au gouvernement. Un tel silence est contraire à la célébration par le Hezbollah de leur « résistance islamique » à Israël. Cependant, elle contribue à maintenir au Liban une menace de plus en plus diffuse, parfois sanglante, à la résistance au parti pro-iranien. Chaque voix critique doit savoir qu'elle est à risque. de sa vie exprime que l'assassinat de Lokman Slim, un intellectuel chiite respecté et écouté, le rappelle tragiquement. Une telle chape de terreur rappelle à bien des égards l'Omerta, que la mafia a longtemps imposée en Sicile.

UNE LITANEY D'ATTAQUES

Le Hezbollah a été fondé à l'été 1982 dans la plaine libanaise de la Bekaa sous l'égide des services secrets syriens et des Pasdars iraniens, les gardes de la révolution. Ce double parrainage a jusqu'à présent alimenté la coopération opérationnelle du Hezbollah avec le régime Assad et sa loyauté organique envers la République islamique d'Iran. En annonçant sa fondation officielle seulement en février 1985, le Hezbollah s'est gardé de l'allégation d'attentats suicides perpétrés par Bloody Beyrouth en 1983 (63 morts en avril dans la destruction de l'ambassade des États-Unis, alors 241 soldats américains et 58 soldats français lors de l'attaque d'octobre contre leur caserne). La milice chiite protégeait également le rideau de fumée de l'organisation du Jihad islamique afin de détenir parfois des otages occidentaux pendant des années (dont Michel Seurat, mort en captivité en janvier 1986). Ces attaques et enlèvements ont tous été dirigés par Imad Mughnyeh, qui a ensuite été promu chef militaire du Hezbollah jusqu'à son assassinat à Damas en 2008.

Le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), créé par décision du Conseil de sécurité de l'ONU en 2007, a été condamné par un membre du Hezbollah, Salim Ayyash, pour l'attaque perpétrée à Beyrouth en février 2005, au cours de laquelle l'ancien Premier ministre Rafic Hariri et 21 personnes ont été tués. Le processus a été perturbé par la disparition de plusieurs témoins importants et la destruction des pièces à conviction. Le général Wissam Al-Hassan, escadron privilégié des enquêteurs du TSL à Beyrouth, a même été tué dans l'explosion tué dans une voiture piégée en octobre 2012. Le parallèle est nécessaire à nouveau, car en Italie les entreprises sabotent les jugements anti-mafia. Ce travail minable a permis la libération des trois autres membres accusés d'Hisbollah, tandis que la milice pro-iranienne a imposé le procès de ses partisans par contumace et rejetant à l'avance les conclusions du TSL. Cependant, les juges ont estimé que le « cerveau » de l'attaque était Mustafa Badreddine, successeur de Moghnyeh à la tête de la branche militaire du Hezbollah, qui a été tué près de Damas en 2016. En 2019, le TSL a également engagé des poursuites contre Ayyash pour trois attaques contre des politiciens libanais, dont celui qui a coûté la vie au dirigeant communiste George Haoui en juin 2005. Ayyash est toujours en fuite.

LIQUIDER DIFFÉRENTS VOTES

Dès sa création, le Hezbollah a l'intention d'établir de force un double monopole , d'abord sur la résistance contre Israël, qui occupait ensuite le sud du Liban, puis dans la communauté chiite. Alors que les miliciens pro-iraniens éliminent méthodiquement les combattants progressistes dans le sud du Liban, les attaques visent le Parti communiste, qui a longtemps été établi dans la population chiite. Par exemple, le journaliste Soheil Tawila a été assassiné en février 1986, suivi par le philosophe Hussein Mroué, un an plus tard, et Hassan Hamdan, surnommé « Gramsci arabe » en mai 1987, pour ne citer que quelques-unes des figures communistes. La fin officielle de la « guerre civile » avec les accords Tif, qui ont soutenu la tâche de prospection syrienne du Liban en 1989, a incité le Hezbollah à suspendre l'attaque. Mais la procédure de l'attaque contre Hariri, menée par le Hezbollah au nom de Damas, ouvre une nouvelle série de meurtres de patriotes libanais, le régime Assad se venge parce qu'il a dû mettre fin à trois décennies d'occupation du pays. Il s'agit des journalistes Samir Kassir (en juin) et Gibran Tuéni (décembre) ont été assassinés en 2005.

L' intervention du Hezbollah aux côtés du régime Assad est dénoncée par le député Mohammed Chattah, qui a été tué dans l'explosion d'une voiture piégée à Beyrouth en décembre 2013. Lokman Slim a également mené le double procès de l'autoritarisme du Hezbollah et de la dictature Assad, dont il avait organisé chaque jour la barité dans une extraordinaire reconstruction avec d'anciens prisonniers de la prison de Palmyre. Il anima courageusement une institution culturelle dédiée au pluralisme et à l'échange, située au cœur de la banlieue sud de Beyrouth, bastion du Hezbollah. Il a même organisé une réunion de personnalités chiites, critiques du Hezbollah, avec un représentant de l'administration Trump. En tant que cible de menaces répétées, il a tenu le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, publiquement pour cela pourrait lui arriver. Ses proches n'ont donc aucune confiance dans le système judiciaire libanais et appellent à une enquête internationale. La même exigence a été délivrée à la suite de l'explosion catastrophique survenue dans le port de Beyrouth le 4 août, obligation enfouie par le Président Aoun.

Néanmoins, l'intellectuelle Mona Fayad, proche de Slim et de Chiite, a déclaré que cet assassinat ne commencera pas par la détermination de résister à l'emprise du Hezbollah : « C'est à l'État libanais de protéger ses citoyens. Nous devons relever ce défi massivement comme les Libanais. Il ne s'agit pas de recourir aux moyens violents qu'ils utilisent. Je suis contre la violence. Ce qui s'est passé est un défi pour nos forces de sécurité. Sur le plan personnel, la question de ma propre sécurité est certainement soulevée. Je suis une mère et Grand-mère pleine de deux adorables petits-enfants. Le mien serait heureux si je décidais de m'emmener en toute sécurité du Liban. Mais il n'est pas question de cela. « Un engagement à méditer sur l'impunité des meurtriers.

Hi guys !

Salut, moi c’est Marie. Bienvenue sur mon petit blog voyage. Globetrotter dans l’âme, je vous partage mes découvertes mais aussi tout un tas de conseils sur plein de destinations.
Des envies de voyages, de terres nouvelles, de destinations autres ? Terres d’envies vous fait voyager aux quatre coins du monde.

DÉCOUVREZ NOTRE PAGE FACEBOOK







Newsletter

Show Buttons
Hide Buttons