Qu’est-ce qui a fait la prospérité de l’Australie ?

Qu’est-ce qui a fait la prospérité de l’Australie ?

De l'abîme de la jungle préhistorique aux gratte-ciel de la civilisation contemporaine, en passant par le rêve aborigène et les conflits des guerres mondiales, l'histoire tumultueuse du tandem, formé par une jeune nation et un vieux continent, zoome. Concentrez-vous sur un peu d'histoire de l'Australie.

L' Australie à l'époque des dinosaures

Il y a des centaines de millions d'années, les océans de notre pays ne abritaient qu'un seul supercontinent, Pangea. L'histoire de l'Australie commence avec la division de Pangea en deux moitiés, deux nouveaux continents : Laurasia, qui a formé plus tard l'Europe, l'Asie et l'Amérique du Nord ; et Gondwana, une énorme masse, d'Amérique du Sud, d'Afrique, d'Antarctique et... L'Australie apparaîtra. Ce nom, « Gondwana », est encore présent dans certains parcs naturels de la côte est : il décrit également les forêts patrimoniales de l'UNESCO, qui sont les dernières Les survivants étaient une époque où le continent rouge était une toison verte avec un climat tropical et une végétation luxuriante. Dans ce passé sombre et lointain, l'Australie était habitée par des dinosaures dont les os fossilisés dépassent de la terre au milieu des immenses propriétés poussiéreuses de l'outback.

A lire aussi : 3 semaines en Nouvelle-Zélande : programme

Histoire de l'Australie : Les premiers colons, les aborigènes

À des milliers de millénaires de développement lent, l'arrivée de personnes sur le continent australien n'a guère été hier. Mais la culture indigène est la plus ancienne du monde : il y a 40 000 à 60 000 ans, les autochtones sont allés sur le sol australien pour la première fois. Le secret de leur arrivée reste complet, et bien que les théories permettent de rationaliser l'arrivée de ces premiers colons de l'humanité, cela n'éveille pas moins le respect : à l'époque préhistorique, les hommes d'Asie du Sud-Est auraient pu prendre le Tour de La force a réussi à se rendre en Australie à bord de simples canots.

Les Aborigènes s'installèrent et leur existence semi-nomade s'est répandue sur tout le continent. Pour survivre, ils pratiquent la chasse, la pêche et la cueillette, soutenus par des outils en bois et en pierre - certains avec un design unique, comme le célèbre boomerang. Mais au-delà de leur existence physique, les indigènes forgent aussi une existence spirituelle : les mythes de « Rêver », Temps du Rêve, donnent vie à un paysage où chaque colline, chaque rivière, chaque référence géographique est le fruit des pérégrinations de l'ancêtre. Ces esprits magiques, qui inhibent généralement une apparence animale, sont sacrés, et ce sont eux qui jouent le rôle des créateurs du monde. En l'honneur de leurs ancêtres et de leur illustration dans leur vie quotidienne, les peuples autochtones laissent également des milliers de sites de peintures et de gravures traditionnelles dans styles différents.

A voir aussi : Où passer sa retraite en France en 2020 ?

Pendant des dizaines de milliers d'années, la vie s'est poursuivie dans le respect des ancêtres et de la Terre, et dans l'isolement absolu de l'une des dernières extrémités du monde.

Le siècle des grands explorateurs et des nouveaux colons

Ce n'est qu'au XVIIe siècle que les Européens entrent en jeu : en 1606, le capitaine néerlandais Willem Janszoon visita la côte ouest de la péninsule du Cap Yorke, dans le nord tropical du Queensland. Au siècle suivant, d'autres explorateurs européens, dont le britannique William Dampier, ont visité la côte de ce mystérieux continent, qui s'appelait alors New Holland, mais personne n'essaie de s'y installer. Nous pouvons commencer l'histoire de l'Australie en ce moment.

Il faudra du temps pour attendre jusqu'en 1770 et l'arrivée du célèbre capitaine James Cook, qui a pris possession du continent pour le compte du Royaume-Uni, pour le début de l'ère de la colonisation. À À cette époque, on estime que les Autochtones comptaient entre 300 000 et 750 000 hommes et femmes dans 250 pays et parlaient tant de langues. Malgré ces chiffres, et malgré les indigènes frappés, l'Australie est libre aux yeux des Européens : ils la considèrent comme « Terra Nullius », un pays vide d'hommes que les nouveaux colons peuvent acquérir sans restrictions ni consciences.

Grand explorateur James COOK De ce pays lointain et « dépeuplé », les autorités décidèrent de construire une colonie pénitentiaire : le 26 janvier 1788, le capitaine Arthur Phillip Port Jackson, le site de la nouvelle colonie de Nouvelle-Galles du Sud, établit la « Main Square », qui devint plus tard Sydney. Sous son commandement, 11 navires transportant des fournitures, des outils, du matériel et 1 500 âmes, dont pas moins de 750 prisonniers. Cette fois, les Européens sont venus rester, et le destin du continent est scellé : le 26 janvier aura lieu pour sera toujours marqué dans l'histoire et sera la date de la Journée nationale australienne, qui commémore chaque année la fondation de la nouvelle nation australienne.

Une date à double tranchant dans l'histoire de l'Australie, car elle pourrait aussi marquer le chagrin de leurs propres nations pour les Aborigènes : ceux expropriés de leurs terres traditionnelles, dévastés par les maladies importées par les colons et victimes de violents affrontements, les peuples autochtones se sont rapidement repoussés leur perte.

Pour les colons et les bagnards, les premières années ont été les plus difficiles : ils doivent être exposés à la faim et à la maladie, tout en essayant de se familiariser avec un environnement très différent de celui de leur patrie.

De 1788 à 1792, le prisonnier représentait la majorité de la population de la colonie — un total de 160 000 condamnés sont envoyés en Australie entre 1788 et 1868 lorsque les peines ont été arrêtées. Mais petit à petit, ce sont aussi les hommes libres qui commencent à composer la population locale : anciens condamnés qui ont regagné leur liberté après leur punition, et nouveaux colons arrivant par bateau, attirés par la promesse d'un nouveau continent, sur lequel le travail n'échouerait jamais et où la terre serait pour une bouchée pourrait être acheté à partir du pain.

Mais pour acquérir cette terre, il faut encore savoir où regarder : le 19ème siècle est placé sous le signe de l'exploration. Il commence par l'eau : en 1802, le capitaine Matthew Flinders encercla la première circonnavigation du continent.

Il fallait attendre 1813 avant que les Européens réussissent à traverser le mur des Montagnes Bleues Une longue aventure, cependant, s'estompe par rapport aux difficultés dans le pays, où nous avons dû attendre jusqu'en 1813, avant que les Européens ne frappent même le Mur des Montagnes Bleues, la chaîne à l'ouest de la colonie de Port Jackson. Les expéditions se répandent alors de plus en plus : Hume et Hovell vont en arrière entre les sites du futur Sydney et Melbourne, Charles Sturt regarda derrière la Nouvelle-Galles du Sud, Burke et Wills pour traverser le continent, John MacDouall Stuart a reconnu l'accomplissement de leur place.

Ruée vers l'or et décollage en Australie

En 1803, sur les rives de la rivière Brisbane, sur les rives de la rivière Brisbane, sur les rives de la rivière Swan (futur Perth), les Britanniques s'installèrent dans le port de Phillip (futur Melbourne) à Glenelg (futur Adélaïde) sur les rives de la rivière Swan (futur Perth) en 1835 et 1836. Cette dernière colonie est unique : alors que toutes les provinces australiennes étaient initialement des colonies carcérales, qui étaient complètement sur travail basé sur des sacs, l'Australie-Méridionale a l'honneur d'être le seul État du pays fondé par des hommes libres à la recherche d'idéaux de tolérance politique et religieuse.

Après ces débuts laborieux et misérables, l'Australie a finalement ressenti le vent de prospérité lorsque les prospecteurs découvrent de l'or en Nouvelle-Galles du Sud et à Victoria en 1851. Sans attendre, c'est la ruée vers l'or : séduits par la promesse d'une fortune légèrement imaginaire, des milliers d'immigrants d'Europe, d'Amérique du Nord et de Chine se rencontrent directement en Australie pour tenter leur chance dans les ruisseaux.

La population s'engloutit : 76 000 habitants en 1851, la colonie Victoria est passée à 530 000 en 1859 ! Une montée démographique vertigineuse qui a bientôt conduit à des tensions : concessions surpeuplées, racisme, concurrence et mécontentement à l'égard du gouvernement, dont les auditeurs sont autant de facteurs conduisant à une explosion de troubles et Contribuer à la violence. Heureusement, les autorités réagissent et parviennent à réglementer la situation en modifiant les lois.

L' Australie peut bénéficier de sa richesse nouvellement acquise : d'autres gisements aurifères sont découverts dans le Queensland et en Australie-Occidentale, l'élevage et l'agriculture sont en plein essor, et toutes ces industries bénéficient du développement du transport de marchandises par rail et par bateau.

L' économie est florissante et les villes se développent à pleine vitesse et s'efforcent d'urbaniser et de raffinement qui leur permettront de rivaliser avec Londres sans fard à joues. Le « côté extrême ouest de l'Australie, cependant, n'a pas disparu : les « Bushrangers » continuent de s'écraser à la campagne.

Armure de Bushrangerned Kelly Ces hors-la-loi, qui vivaient dans le vol et le vol et qui ont échappé à la police tout en cherchant refuge dans les profondeurs de la brousse, n'étaient peut-être que des criminels à leur époque, mais du point de vue de l'Australie moderne, ils font partie intégrante du folklore d'une époque disparue. Le plus célèbre de tous, Ned Kelly, avait même eu l'ingéniosité légendaire de porter une armure « maison », dont les plaques métalliques le protégeraient des blessures par balle. Enregistré par la justice, Ned Kelly mourut pendu en 1880.

Vers l'autonomie et l'indépendance

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les nouveaux Australiens sont de plus en plus confrontés à la question de leur gouvernement : Londres accorda peu à peu un certain degré d'autonomie à ses colonies australiennes. Motivés par leur désir de démocratie, les Australiens inventent le principe du scrutin secret, dans lequel chacun peut choisir le candidat de son choix en privé.

Le suffrage général fut adopté par l'Australie-Méridionale dès 1855, et les autres colonies suivirent bientôt. A cette époque, Universal était bien sûr, un terme très relatif : seuls les citoyens britanniques de sexe masculin étaient autorisés à voter. Ce n'est qu'en 1861 que les femmes votent aux élections locales et en 1895 pour ce privilège de s'étendre aux élections législatives.

Les aborigènes, par contre, ont été autorisés à voter quelques années plus tard, juste à temps pour les premières élections au Bundestag : jusqu'en 1901, les colonies unissaient de façon indépendante et incohérente en une seule fédération, le Commonwealth d'Australie. Une étape essentielle et la fondation de la nation, qui malheureusement se caractérise par le racisme : l'une des premières stratégies du parti élu au pouvoir sera l'Australie blanche (« Australie blanche »), qui vise à « contrôler » les immigrants d'Asie, d'Inde, du Pacifique et les origines et les valeurs européennes/britanniques de la nouveaux Australiens à recevoir. Il faudrait attendre jusqu'en 1970 pour que cette politique soit progressivement abandonnée.

L' Australie est au cœur des

conflits Si l'Australie semble plus ou moins abandonnée à son destin d'ici là, son isolement relatif se termine au début du XXe siècle, lorsque la Première Guerre mondiale a éclaté. Entre 1914 et 1918, plus de 400 000 Australiens — soit entre 30 et 50 % de la population masculine éligible du pays — se sont portés volontaires pour lutter contre le Royaume-Uni.

6 000 Australiens sont morts en combattant en France — Copyright Wikipedia Le traumatisme de cette première Grande Guerre est grand, les lourdes pertes : 60 000 morts et 160 000 blessés. Une date a été choisie pour commémorer ce drame militaire : le 25 avril, la Journée ANZAC (Corps d'armée australienne et néo-zélandaise) est une fête nationale en Australie. C'est l'anniversaire de l'arrivée des troupes australiennes à Gallipoli, en Turquie, où plus de 8000 soldats australiens sont morts dans les 8 mois suivant les combats.

L' histoire L'Australie dans la première moitié du XXe siècle continue sur la mauvaise pente : dans les années 1930, l'Australie a été victime de la crise économique mondiale. En tant que principale exportatrice de laine et de blé, elle voit un effondrement des prix des produits de base et les profits sont réduits à zéro. L'économie se bloque, le taux de chômage est en train de voler, la dette augmente et des gens insatisfaits font la démonstration des routes. En 1939, le pays s'est à peine remis de la crise lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate. Les Australiens soutiennent encore une fois les forces alliées, mais cette fois ils ne se battront pas seulement en Europe : la menace japonaise est à leur porte.

Pour la première fois, l'Australie a été victime d'attaques non sollicitées sur son propre sol : le 19 février 1942, les Japonais bombardent Darwin et détruisent une grande partie de la ville. Des dizaines d'autres frappes aériennes auront lieu jusqu'à la fin de la guerre. Pour voir la prochaine invasion japonaise , les Australiens combattent également leurs voisins : à Singapour, ils sont forcés de se rendre et 15 000 sont capturés. En Nouvelle - Guinée, dans les conditions terribles du shungle équatorial, les soldats australiens luttent pour protéger leur patrie. Cet événement est également dans la conscience historique collective de la nation, et aujourd'hui encore les descendants de ces soldats se rendent en Nouvelle-Guinée pour prendre le chemin de Kokoda, véritable pèlerinage sur les traces de leurs ancêtres.

Australie multiethnique et multiculturelle

Après la guerre, l'Australie peut enfin recommencer du bon pied. La paix est revenue, y compris la santé économique : il ne s'agit plus d'une dépression, mais d'un boom. L'industrie secondaire croît à travers d'énormes frontières et le continent ouvre les portes à l'immigration. Bien que la plupart des immigrés soient encore d'origine britannique ou irlandaise, le début de l'Australie, les Grecs, les Turcs et les Libanais parmi les dizaines de nationalités qui s'installent de l'autre côté du monde.

L'Australie est multiethnique et multiculturelle Ils trouvent tous rapidement du travail dans des usines ou dans le cadre de grands projets gouvernementaux, comme l'ambitieux projet hydroélectrique de Snowy Mountains, qui nécessite la construction d'une quinzaine de barrages et de 7 centrales électriques.

En 1959, la population australienne a dépassé la barre des 10 millions. L'industrie primaire se porte aussi bien : les prix de la laine et du blé ont augmenté et l'Australie exporte ses matières premières en grandes quantités. Dans les années 1960, le pays devient de plus en plus confiant et développe son identité nationale, culturelle et artistique : Sydney a célébré l'ouverture de son opéra emblématique, le cinéma australien s'est développé et un auteur australien a remporté le prix Nobel de littérature.

Les droits sociaux de la Les Autochtones sont de plus en plus reconnus ; ils reçoivent des pensions, des allocations, l'extension de leurs droits de vote et la reconnaissance de leurs droits dans leur pays traditionnel. Cependant, il devra attendre que Kevin Rudd vote pour le gouvernement australien en 2007 et enfin officiellement présenté ses excuses aux Aborigènes pour leurs abus pendant la colonisation.

L' Australie et les défis du XXIe siècle

En 2011, l'Australie s'est imposée comme une nation riche, jeune et forte. À sa tête, une femme : Julia Gillard, qui succède à Kevin Rudd de manière mouvementée. Et alors que la bonne santé du pays montre un avenir prometteur, il y a encore beaucoup d'actes épineux dans le bureau du gouvernement : une mauvaise intégration des aborigènes souffrant du chômage, de la violence, de la drogue et de l'alcoolisme, des plaisanciers d'immigration clandestine difficiles à contrôler, des préoccupations environnementales et un problème ouvert de viabilité une population sans cesse croissante sur le continent le plus sec du monde... L'Australie prépare tant de défis au XXIe siècle.

Hi guys !

Salut, moi c’est Marie. Bienvenue sur mon petit blog voyage. Globetrotter dans l’âme, je vous partage mes découvertes mais aussi tout un tas de conseils sur plein de destinations.
Des envies de voyages, de terres nouvelles, de destinations autres ? Terres d’envies vous fait voyager aux quatre coins du monde.

DÉCOUVREZ NOTRE PAGE FACEBOOK







Newsletter

Show Buttons
Hide Buttons